Daniel Léveillé

Amour, acide et noix

Danse

Photo: John Morstad

Décembre

lundi
mardi
mercredi
jeudi
vendredi
samedi
dimanche
Jeudi 15  
Vendredi 16  
Samedi 17  
Dimanche 18  

Quatre corps donnés à la danse révèlent ce qui se love derrière la peau étrangement blanche : le muscle, l’eau, le souffle, l’énergie, un état d’être à la vie, terriblement vivant et attentif à l’autre, malgré tout ou à cause du besoin de n’être pas complètement seul. Amour, acide et noix dit la solitude, mais aussi et surtout l’infinie tendresse du toucher, la dureté de la vie et le désir d’élévation ou d’évasion de ce corps parfois si lourd. Amour, acide et noix offre la nudité comme seule alternative à une lecture du corps, sans fard, ni fausse pudeur. La peau n’est-elle pas le véritable costume du corps?

Également à l'affiche : La pudeur des icebergs

 

Chorégraphe et pédagogue canadien reconnu, Daniel Léveillé occupe une place enviable sur les scènes nationale et internationale de la danse contemporaine. En quarante années de pratique, il a contribué au développement de l’art chorégraphique en créant un corpus d’œuvres majeur interprété par des danseurs d’exception.

Formé au sein du Groupe Nouvelle Aire, Daniel Léveillé travaille longtemps comme chorégraphe indépendant avant de fonder Daniel Léveillé Danse, en 1991. En 2001, Amour, acide et noix établit sa réputation sur la scène internationale où il y présentera par la suite La pudeur des icebergs (2004) et Crépuscule des océans (2007). Il développe alors une écriture faite de répétitions et de phrases courtes, imagine des partitions chorégraphiques à la limite de l’impossible qui contribuent à révéler la beauté de l’être dans toutes ses imperfections et il choisit la nudité comme seul costume possible. Avec l’œuvre Solitudes solo (2012), couronnée par le Prix du CALQ de la meilleure œuvre chorégraphique 2012-2013, il initie un nouveau cycle de création où l’on voit poindre une gestuelle plus fluide, le retour d’un costume autre que la nudité et qui réaffirme avec éloquence que l’on peut faire et dire beaucoup avec peu. Ce nouveau cycle se poursuit avec Solitudes duo (2015).

Danseurs à la création
  • Jean-François Déziel, David Kilburn, Ivana Milicevic, Dave St-Pierre
Danseurs à la reprise
  • Mathieu Campeau, Esther Gaudette, Justin Gionet, Emmanuel Proulx
Lumière
  • Marc Parent
Musique
  • Les Quatre saisons, Antonio Vivaldi
Répétitrice à la création
  • Marie-Andrée Gougeon
Répétitrice à la reprise
  • Sophie Corriveau
Direction technique
  • David Desrochers
Production
  • Daniel Léveillé Danse
Soutien à la création
  • Agora de la danse, Faculté des arts et département de danse de l’UQÀM
Danseurs sur la photo
  • David Kilburn, Dave St-Pierre

Lundi 12 décembre 19h
Mardi 13 décembre 20h
* Supplémentaire : Mercredi 14 décembre 20h