Antonia Baehr

Abecedarium Bestiarium

Performance

Portraits d'affinités en métaphores animales

Dans Abecedarium Bestiarium, la chorégraphe berlinoise Antonia Baehr a invité ses ami·es à écrire des compositions pour elle, basées sur un abécédaire d'animaux disparus: D comme dodo, T comme tigre de Tasmanie, S comme Steller's sea cow (la rhytine de Steller)... Les auteur·es ont choisi une espèce animale éteinte avec laquelle elles/ils ont une affinité. Il en résulte de miniatures chorégraphies hétéroclites qui reflètent leur relation respective à cet animal et témoignent de leur amitié avec Antonia.

Présenté en collaboration avec Goethe Institut.

Concept, production et performance
  • Antonia Baehr
Avec des compositions de
  • Frédéric Bigot (electronicat), Pauline Boudry, Valérie Castan, Lucile Desamory, Vinciane Despret, Sabine Ercklentz, Dodo Heidenreich, Christian Kesten, Keren Ida Nathan (Ida Wilde), Andrea Neumann, Stefan Pente, Isabell Spengler, Steffi Weismann,William W
Collaboration artistique
  • Valérie Castan
Éclairages
  • Sylvie Garot
Direction de l’éclairage
  • Luc Jenny
Conception sonore
  • Manuel Coursin, Eric Yvelin
Sons
  • Carola Caggiano
Costumes
  • Patty Eggerickx, Steffi Weismann, Pauline Boudry & Renate Lorenz, Werner Hirsch
Production
  • Alexandra Wellensiek
Assistante de production
  • Sarah Blumenfeld, Barbara Greiner
Traduction
  • Guillaume Cailleau, Sabine Macher, William Wheeler
Vidéo
  • Angela Anderson

Antonia Baehr (°1970) est chorégraphe. Son œuvre, que l’on ne peut cataloguer dans une discipline particulière, et son mode opératoire de collaboration avec diverses personnes se caractérisent par l’usage d’une structure de jeu de rôles : chacun est alternativement metteur en scène, auteur, performeur, hôte, et invité. En 1994, Antonia Baehr cofonde ex machinis, un collectif de performances installé à Berlin. En 1996, elle présente Valie Export (1996), son travail de fin d’études de cinéma et arts média à la Hochschule der Künste à Berlin et obtient une bourse de la DAAD et de la School of The Art Institute à Chicago, où elle achève sa maîtrise en performances avec Lin Hixson du groupe de performances Goat Island, et travaille avec William Wheeler. En 2000, elle revient en Europe et s’installe à Berlin, où elle vit toujours. De 2001 à 2003, elle participe à l’organisation de labor sonor, une série de performances accompagnées de musique expérimentale qui se déroule à KuLe Theater. En décembre 2003, elle accueille le festival Radioriff à ausland – Territory for experimental music, performance and art, toujours à Berlin. De 2006 à 2008, elle effectue une résidence en tant qu’artiste associée aux Laboratoires d’Aubervilliers. En 2008, elle publie son livre Rire/Laugh/Lachen. Parmi ses productions, on peut citer : Holding hands (2000), Un après-midi (2003), Cat Calendar avec Antonija Livingstone (2004), Larry Peacock coproduit par Sabine Ercklentz et Andrea Neumann (2005), Merci (2006), Rire (2008), For Faces (2010) et My Dog is My Piano (2012). Antonia Baehr travaille avec, entre autres, Lindy Annis, Valérie Castan, Sabine Ercklentz, Antonija Livingstone, Arantxa Martinez, Andrea Neumann et William Wheeler. Elle est également la productrice du danseur et homme qui murmure à l’oreille des chevaux, Werner Hirsch, du musicien et chorégraphe Henri Fleur, et du compositeur Henry Wilt.