Photo: Céline Côté

Aurélie Pedron / Lilith & Cie

INDEEP

Performance

Octobre

Samedi 28 11h30

La performance aura lieu de 11h30 à 21h30 au Paper Factory (141 Rue Ann, Montréal). Le public peut arriver à l'heure qui lui convient, pas de réservations. Contribution volontaire.

INDEEP n'est pas un spectacle, c'est une expérience.
Vous ne serez pas des spectateurs, vous serez des témoins.

Issue d’une volonté de la chorégraphe de rencontrer des individus « en marge » ou marginalisé, INDEEP  interpelle notre regard lorsqu’on est mis en face d’un corps social, sans explications, sans jugements, sans repères ni codes connus.

Plongés à l’aveugle pendant 10 heures, 7 individus accompagnés d’un musicien live, offre une performance transformative fascinante. Ils nous autorisent à devenir témoins de leurs singularités, leurs vérités retenues, l’essence même de leur espace intérieur. Ils nous offrent la puissance explosive de leurs vécus, sans manifestation ni catharsis.

En dépouillant ces individus de toute direction apparente, en leur ôtant leur conscience visuelle d’eux-mêmes, Aurélie Pedron nous fait vivre une expérience à la fois contemplative et très concrète, qui nous rapproche de notre propre humanité.

Aurélie Pedron remercie Danse Danse et La Chapelle Scènes Contemporaines pour le soutien en lien avec ce projet.

Création
  • Aurélie Pedron
Performeuses.rs
  • Précylla Arsenault, Miri Chekhanovich, Jordan Katz, Simiuni Nauya, Maxime Plamondon, Francis Poithier, Mélodie Talbot, Alexane Tremblay
Musique
  • Pierre-Yves Martel
Oeil extérieur
  • Catherine Tardif

Aurélie Pedron débute sa carrière en donnant naissance à deux enfants et onze vidéos d’art (diffusées à travers plus de 17 pays) avant d’investir l’espace et le corps vivant à travers quelques solos puis deux œuvres pour l’espace scénique (CHAIR créée lors de sa maitrise en 2011 et CORPS CAVERNEUX, Danse-Cité, 2013). Avec la création de Lilith & Cie en 2013, le travail de la chorégraphe se précise à travers des œuvres installatives dans des espaces de proximité. ENTRE, (2014, Tangente) vaudra à la chorégraphe le prestigieux prix Découverte des Prix de la Danse de Montréal (2015). En 2016, elle présente LA LOBA avec le soutien de Danse-Cité.

Un soucis d’éthique sociale et d’inclusion l’amène à développer des projets avec et pour des jeunes marginalisés ou qui se définissent eux-mêmes en marge de la société : RÛE et MARGE (DARE DARE 2014/15), INDEEP (2016).

À mi-chemin entre l’installation, la chorégraphie, la performance, Aurélie Pedron cisèle avec humanité et profondeur une expérience à chaque fois unique et renouvelée, ancrée dans l’atemporalité.

Elle joue avec les durées, les silences, les respirations, les espaces-temps et les lieux, permettant au vide de trouver sa plénitude. Elle utilise le corps comme passeur de sens et instrument vectoriel, se positionne en tant que porteuse d’expérience pour le spectateur.

Le spectateur est un observateur participant avec lequel elle cherche à tisser un lien, une relation, même éphémère, qui permet de déjouer le réel et d’évacuer la marchandisation de l’art pour le replacer au cœur des intérêts humains.

D’œuvre en œuvre, elle se consacre à dépouiller les notions préconçues du spectacle, les couches successives qui composent notre perception du monde pour nous amener à questionner la transmission des énergies vivantes et physiques qui nous entourent.