Photo: C. Bujold et D. Jacques

Jacob Wren / PME-ART

L’Authenticité, un sentiment: mode d’emploi (work-in-progress)

Performance interdisciplinaire

Décembre

Mercredi 6 18h00

Pour célébrer les vingt ans de PME-ART, son codirecteur artistique, Jacob Wren, compte écrire un livre, L’Authenticité, un sentiment (Ma vie dans PME-ART) qu’il décrit comme un captivant mélange d’histoire, de mémoire et de théorie de la performance. Mais il y a toujours quelque chose qui cloche avec les livres sur la performance, comme une impression qu’il leur manque quelque chose. Questionner la performance appelle la performance. C’est pourquoi nous créerons une œuvre d’accompagnement : la performance L’Authenticité, un sentiment : mode d’emploi, une sorte de conférence d’artiste sens dessus dessous où l’on parle davantage de luttes et de défis artistiques que de grands succès. La performance documentera les réactions de collaborateurs présents et passés de PME-ART au récit de Jacob. En accord ou non avec lui, leurs impressions et sentiments exposeront les dynamiques de collaboration complexes qui jalonnent notre histoire artistique commune. Pourquoi faire ce que nous faisons? Pourquoi croire avec entêtement à l’acte fragile et essentiel de « demeurer soi-même en situation de performance » et d’espérer contre toute attente que cette combinaison déstabilisante d’art et politique puisse encore changer le monde, d’une quelconque manière.

Créateur-performeur :
  • Jacob Wren
Avec la contribution de collaborateurs de PME-ART:
  • Martin Bélanger, Caroline Dubois, Richard Ducharme, Claudia Fancello, Marie Claire Forté, Adam Kinner, Sylvie Lachance, Gaétan Nadeau, Simone Moir, Laure Ottmann, Alexandra Rockingham-Gill, etc.
Direction technique :
  • Mathieu Chartrand

Axé sur la collaboration entre artistes, le travail de PME-ART commente la société en ayant le courage d’être à la fois direct et complexe, tout en interrogeant la situation représentationnelle et performative. Depuis presque vingt ans, PME-ART a présenté ses créations dans quarante-huit villes au Québec, au Canada, en Europe, au Japon et aux États-Unis. Parmi ses œuvres, on compte les performances Toutes les chansons que j’ai composées, Le DJ qui donnait trop d’information et HOSPITALITÉ 3: l’individualisme est une erreur; les installations Adventures can be found anywhere, même dans la mélancolie et HOSPITALITÉ 2 : peu à peu, une vue d’ensemble, de même que La famille se crée en copulant, Le Génie des autres-Unrehearsed Beauty et En français comme en anglais, it's easy to criticize. Codirigé par Jacob Wren, Sylvie Lachance et Richard Ducharme, PME-ART a été en nomination pour le 27e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal (Nouvelles Pratiques artistiques) en 2012.

La pratique de Jacob Wren est une combinaison étonnante de littérature, de performances collaboratives et d’arts visuels. Parmi ses titres publiés, notons Le Génie des autres, La famille se crée en copulant, Revenge Fantasies of the Politically Dispossessed, Polyamorous Love Song (finaliste du Fence Modern Prize-Prose en 2013 et recensé parmi les cent meilleurs livres de l’année 2014 par The Globe and Mail) et son récent Rich and Poor (finaliste du Prix Paragraphe-Huge MacLennan, fiction, de la Québec Writers' Federation 2016). L’essentiel de son travail performatif a été réalisé à titre de codirecteur artistique du groupe interdisciplinaire montréalais PME-ART, qu’il codirige avec Sylvie Lachance. Il a collaboré avec des artistes tels Nadia Ross (Sto Union), Lene Berg, Tori Kudo et Pieter de Buysser sur divers projets nationaux et internationaux, en plus d’écrire sur l’art contemporain et de voyager à un rythme inquiétant.

Axé sur la collaboration entre artistes, le travail de PME-ART commente la société en ayant le courage d’être à la fois direct et complexe, tout en interrogeant la situation représentationnelle et performative.  En situation de performance, nous agissons comme nous-mêmes; nous créons des actions, des conditions et des discours exécutés avec une intimité et une familiarité singulières. Cette intimité thématise la séparation entre le performeur et le spectateur, ouvrant ainsi un espace propice à diverses réactions : pensée, tension, réflexion et confusion productive. Plein de paradoxes et de contradictions, notre travail est souvent déstabilisant. Cette déstabilisation ne questionne pas seulement l’art, elle fait écho à l’inconfort social et personnel que l’on rencontre souvent dans la vie. Nous pensons que de confronter directement des réalités dérangeantes -plutôt que de prétendre qu’elles n’existent pas- est fondamental pour développer des approches critiques, généreuses et imprévisibles.

Pour plus d’infos sur la démarche artistique : http://www.pme-art.ca