Maria Kefirova

Measuring distance

Danse

© Svetla Atanasova

*Spectacle annulé. Plus d'informations ICI.

Measuring distance est une performance de danse sur les points de vue, de contact et de référence changeants. La quantité de mouvement et l'explosion d'inertie. Il pourrait s’agir d’un outil pour se localiser, ou créer une proximité avec ce qui est distant, et vice-versa.

La nouvelle création de Maria Kefirova offre plusieurs perspectives sur un même espace.

C'est la réflexion de l’artiste sur la question: "Comment puis-je traduire le concept de "distance" en relation, connaissance et sensation?"

La rapidité de l'information, la fragmentation de l'attention et les changements des points de référence reconfigurent constamment la géographie des cartes internes et externes.

La relation de Maria Kefirova avec «la proximité, la distance, et la limite» subit une turbulence complexe et demande un mouvement vers la synchronisation spatio-temporelle.

Maria Kefirova pense qu'en mesurant avec soin un certain espace ou une certaine réalité, elle peut renforcer sa présence, sa matérialité, son volume et sa vitesse. Elle peut être en phase avec l'espace et avec elle-même dans un endroit donné.

Jouant avec le concept de distance, elle cherche les lacunes dans lesquelles les distances spatiales peuvent être modifiées. Elle s'interroge sur l'espace qui s'ouvre lorsque des mesures scientifiques et poétiques sont utilisées simultanément, lorsque la distance est non seulement une valeur numérique, mais également une valeur sociale, émotionnelle et politique. Elle s'intéresse à l'acte de réduire une distance et à sa capacité à réinitialiser la perception de la réalité.

Née en Bulgarie, Maria Kefirova s’établie à Montréal depuis 1992. Parallèlement à son travail d’interprète, elle développe sa propre pratique chorégraphique alliant danse, théâtre, performance et vidéo. Sa fascination pour la corrélation entre la réalité intérieure, la réalité extérieure et le corps comme surface entre les deux est au cœur de plusieurs de ses projets tel que The Nutcracker (2013), Corps. Relations (2010), Gold Meat (2010), Manifacturing Tears (2009).  A travers sa pratique chorégraphique elle construit des espaces pour le mouvement de la pensée, l’énergie et l’attention du spectateur : (No Distance - 2016, The Paradise -2015 and Why are dogs successful on stage? - 2012).  Elle a été invitée à présenter ces pièces aussi bien à Montréal qu’en Europe, notamment à Londres, Amsterdam, Arnhem, Torino, Bordeaux, Cork, Grenade et plus récemment à Sofia (Bulgarie).

Entre 2009 et 2012, Maria a fait partie de DasArts, l’unique laboratoire de recherche et innovation des arts de la scène à Amsterdam. Elle est régulièrement conviée à donner des stages et ateliers, par exemple au Département de danse contemporaine de l’Université Concordia, ce qui contribue grandement à enrichir sa pratique. Les collaborations avec d’autres artistes établis (Miguel Melgares, Jean -Francois Laporte, Hanako Hoshimi-Caines, Lina Cruz, Lynda Godreau et Sameena Sitbakhan) participent également sans conteste à développer son propos et sa démarche artistique.

Chorégraphie et performance
  • Maria Kefirova
Conception lumière
  • Paul Chambers
Conseillers artistiques
  • Miguel Melgares
  • Florence Figols
  • Diego Gil